Clair-Obscur

Clair-Obscur

La littérature, un voyage plus qu’abordable au pays des rêves Dans un monde complexe à flux-tendus, nous ne pouvons pas seulement être des producteurs acharnés. Il est nécessaire de renouer avec ce qui fait de nous des êtres humains en ménageant du temps pour rêver et pour s’accomplir, pour devenir meilleur. Partir à l’autre bout […]

Lire la suite

Je suis au moment où j’écris ces lignes, la proie d’un douloureux processus pourtant universellement je crois, partagé par tous les êtres humains: la prise de conscience de mon existence, en tant qu’être physique et conscient, qui peut souffrir et disparaître comme le sable éparpillé par le vent qui en sépare les grains et les […]

Lire la suite

Après un siècle de mises en garde et de promesses non tenues, la Terre finit par s’embraser, prenant l’humanité au dépourvu. Le désert avait dévoré jusque nos régions les plus luxuriantes et la banquise s’était évaporée, libérant des glaces des bactéries millénaires. La quasi totalité de la population avait péri, calcinée par le soleil ou […]

Lire la suite

C’était l’aube. Les irréductibles causeurs dont je faisais partie s’étaient résolus au repos. J’avais passé de longues heures dans l’ardeur du dialogue enflammé. L’euphorie de l’épanchement de la pensée avait irrité ma gorge et couvert ma voix. Sortir de la maison fut comme passer du cœur d’un volcan à un désert glacé. La campagne gelée […]

Lire la suite

Dans la froideur de l’aube du Nord, Balder, comte de Vinheim descendait le sentier du Pic de Holmgang. Juché sur son palefroi noir de jais, il revenait vers son domaine, épuisé par les jours et les nuits de traque. Pendu à la selle de son cheval, le chef tranché d’une vouivre dégouttait d’un sang noir […]

Lire la suite

Comme tous les vendredis soirs, Cassandra en rentrant de l’université, alluma son ordinateur, régla sa caméra de façon à ce qu’on ne puisse voir son visage, puis se déshabilla. Elle admira son corps nu sur l’écran. A la faveur des rayons du soleil, tamisés par de fins rideaux roses, sa peau mate prenait une délicate teinte incarnat. Elle se dépêcha d’enfiler une culotte de dentelle bleue, une chemise blanche et ajusta des bas noirs jusqu’au milieu de ses cuisses ; puis elle se connecta sur le site : « bienvenue, Alchemy ». Elle lança sa playlist « show » et les premières notes d’une bossa nova lascive se diffusèrent dans la pièce. Quelques balancements de hanches plus tard, ils étaient déjà 800 à la regarder, et les pourboires commençaient à tomber. Les épanchements vulgaires des anonymes envahirent le fil de discussion.

Lire la suite